Aloe vera et syndrome de l’intestin irritable

aloe vera syndrome intestin irritable

Avant tout, il me semble indispensable – en tant qu’ancienne responsable marketing de compléments alimentaires dans un laboratoire para-pharmaceutique – de préciser que la mise sur le marché des compléments alimentaires est moins réglementée que celle des médicaments, qu’aucune preuve d’efficacité n’est obligatoire et qu’un complément alimentaire peut présenter des effets secondaires.

Les médicaments sont peu efficaces pour traiter le syndrome de l’intestin irritable. De ce fait, beaucoup de malades se dirigent vers des méthodes alternatives.

L’aloe vera est prouvée efficace pour traiter certaines affections de la peau comme l’herpès génital et le psoriasis mais qu’en est-il de son efficacité sur les troubles fonctionnels digestifs (ballonnements, douleurs, transit déréglé) liés au syndrome de l’intestin irritable ?

Qu’est-ce que l’aloe vera?

L’aloe vera, ou Aloe Barbadensis, est une plante vivace cultivée en région méditerranéenne, en Afrique du Nord, aux îles Canaries et au Cap Vert. Elle est vendue telle quelle – à préparer maison ou sous forme d’ampoules, de gélules ou de jus.

L’aloe vera produit 2 substances :

  • Le latex qui est une sève jaune et amère présente dans l’écorce et qui renferme des dérivés hydroxyanthracéniques aux actions laxatives très puissantes en stimulant les contractions du colon (appelé péristaltisme).
    Comme tout laxatif stimulant, le latex va, s’il est utilisé quotidiennement, de rendre le corps dépendant pour fonctionner normalement. Il sera donc préférable pour une personne souffrant de constipation chronique d’utiliser un autre type de laxatif (de type laxatif de lest ou laxatif osmotique).
  • Le gel d’aloe vera, qui est vendu le plus souvent sous forme de jus, et qui est issu du cœur des grosses feuilles de l’aloès. Celui-ci n’a aucune propriété laxative. Cependant, le gel d’aloe vera a été prouvé, in vitro (c’est à dire dans des tubes), pour avoir un effet anti-oxydant et anti-inflammatoire sur le colon, et de diminuer, dans une étude pilote suédoise (étude faite sur un petit nombre de volontaires) les douleurs et les ballonnements des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable par rapport à un placebo.

L’aloe vera n’est pas sans risque…

Les extraits de feuilles d’aloe vera sont considérés par l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) depuis janvier 2018 comme « potentiellement cancérigènes pour l’homme ».
Et, une consommation excessive de latex d’aloe vera a été associée à de la diarrhée, quelques cas d’hépatites et de complications rénales.

C’est pour ces raisons d’ailleurs qu’en 2002, l’organisme américain scientifique de contrôle des produits alimentaires et médicaments (FDA ou Food and Drug Administration) a retiré l’autorisation de mise sur le marché des produits laxatifs à base d’aloe vera aux USA.

En France, depuis le 2 août 2018, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) et la DGS (Direction Générale de la Santé) recommandent d’éviter la consommation de feuilles fraîches d’Aloe vera, y compris le gel seul, par les enfants, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes fragiles.

A retenir:

  • Le latex d’aloe vera peut être efficace pour soulager une constipation ponctuelle mais son utilisation est à proscrire étant donné les nombreux risques pour la santé.
  • Le gel d’aloe vera exempt de latex peut être, selon la DGCCRF, consommé par les adultes en bonne santé. Il serait inutile de l’utiliser pour lutter contre une constipation et peut être serait il plus sage d’attendre que des études de qualité effectuées sur un grand nombre de volontaires confirment son efficacité sur les douleurs et les ballonnements de ceux souffrant du syndrome de l’intestin irritable.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.