Le microbiote (flore intestinale) en ligne de mire des troubles fonctionnels intestinaux

On sait depuis longtemps que le microbiote (c’est à dire la flore intestinale) joue un rôle primordial dans la colopathie. D’ailleurs, 18% des personnes développent des troubles fonctionnels intestinaux (TFI) suite à une gastro-entérite (qui est une infection bactérienne).

La recherche dans ce domaine avance. Grâce aux techniques de génomique (étude de l’ADN des bactéries de la flore), les chercheurs ont ainsi démontré qu’il existe une différence quantitative et qualitative du microbiote chez les personnes souffrant de TFI. Ils commencent à étudier les interactions entre l’hôte (l’individu) et le microbiote. Ainsi, les chercheurs travaillent sur l’hypothèse que l’altération du microbiote serait à l’origine d’une hyper-perméabilité intestinale et de l’hypersensibilité neuronale intestins-cerveau.

L’alimentation joue un rôle primordial dans la composition du microbiote. Le graphique ci-dessous met d’ailleurs en évidence les compositions différentes du microbiote entre un enfant vivant en Afrique qui suit une alimentation riche en glucides (sucres) complexes et un enfant italien suivant une alimentation occidentale. Impressionnant, non?Microbiote et alimentation

Comment réguler la flore? Certains régimes alimentaires (dont l’alimentation pauvre en FODMAP), probiotiques et antibiotiques sont des méthodes thérapeutiques prometteuses pour rééquilibrer le microbiote.

Retrouvez plus d’informations sur le site de la fondation de Rome (qui est l’organisation internationale de l’étude des troubles fonctionnels intestinaux).

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.