Les médicaments prescrits pour le syndrome de l’intestin irritable

Bien qu’il n’existe aucune pilule miracle pour guérir du syndrome de l’intestin irritable, des médicaments permettent de réduire les symptômes digestifs (ballonnements, douleurs, troubles du transit) de cette maladie chronique et invalidante.

Cet article récapitule les médicaments prescrits pour le syndrome de l’intestin irritable en France à l’heure actuelle.

médicaments syndrome intestin irritable

Avant de vous les présenter, sachez que :

  • L’effet placebo d’un médicament ou d’un complément alimentaire est évalué entre 40 et 50%.
  • Un médicament ou un complément alimentaire est qualifié d’efficace si ses effets sont supérieurs à celui de l’effet placebo.
  • Même si un médicament est cliniquement efficace, il ne l’est pas dans 100% des cas. De ce fait, il est impossible de savoir à l’avance s’il sera efficace chez un malade ou non.
  • La posologie et la durée de traitement doivent être respectées pour permettre une réduction optimale des symptômes tout en limitant le risque d’avoir des effets secondaires.
  • J’ai écrit cet article en toute indépendance, dans le but unique de vous informer et non d’inciter à prendre ou à arrêter des traitements.
  • La prise ou l’arrêt d’un médicament, la posologie et la durée du traitement doivent être prescrits par votre médecin et/ou conseillé par votre pharmacien.
  • D’autres médicaments efficaces existent mais ne sont pas vendus en France (ex: Linaclotide, Eluxadoline, Rifaximine, Alosétron, Tagasérod). Pour certains d’entre eux, la raison évoquée est le risque d’effets secondaires graves.

Les anti-spasmodiques :

Ils sont, comme leur nom l’indique, des médicaments destinés à traiter les spasmes digestifs en agissant sur le muscle lisse intestinal.

Ils sont prescrits en cure ou à la demande.

Exemples : le phloroglucinol (Spasfon Lyoc®), l’association citrate d’alvérine + siméthicone (Météospamyl®) ou la mébévérine  (Duspatalin®).

Les médicaments agissant sur les troubles du transit :

  • Les laxatifs :

Ils sont préconisés chez ceux souffrant de constipation seule ou en alternance avec de la diarrhée.

1. Laxatifs de lest  :

Ils améliorent la consistance des selles et augmentent leur volume.

Ils ne sont pas toxiques mais peuvent entraîner chez certaines personnes des ballonnements.

Exemples : Normacol®, Polykaraya®, psyllium, Spagulax®, Transilane®

2. Laxatifs osmotiques :

Ils ramollissent les selles par un appel d’eau dans l’intestin.

Ils sont dénués de toxicité mais peuvent entraîner des diarrhées et des douleurs.

Exemples : Forlax®, Macrogol®, Movicol®, lactulose, sorbitol

  • Les ralentisseurs de transit :

Ils peuvent être prescrits chez ceux souffrant de diarrhée.

Ils réduisent la fréquence des selles et améliorent leur consistance mais peuvent augmenter la douleur chez certains.

Exemple : Lopéramide (Imodium ®)

L’échec du lopéramide, est peut être le signe d’une malabsorption iléale des acides biliaires. Dans ce cas, la colestyramine (Questran ®) peut être prescrite par le médecin.

Les médicaments agissant sur la sensibilité viscérale :

  • Les anti-dépresseurs : 

Les antidépresseurs sont une alternative thérapeutique qui se justifie pour agir sur d’éventuelles perturbations thymiques mais surtout sur l’hypersensibilité nerveuse viscérale. Pour cette raison, les doses prescrites sont inférieures à celles destinées pour traiter la dépression.

Ex : Amitriptyline (Laroxyl®), fluoxétine (Prozac®), citalopram (Séroplex®), paroxétine (Deroxat®)

  • Les anti-histaminiques  :

Des anti-histaminiques peuvent être prescrits pour réduire les sensations de douleurs induites par l’histamine.

Ex: Ebastine

Les Probiotiques :

Selon l’OMS, les probiotiques sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ».

Leur efficacité varie en fonction du type de la bactérie, de la souche, des quantités, du mode d’administration et de la personne. Parmi la multitude de probiotiques commercialisées en France, un petit nombre ont été étudié et peu ont démontré une efficacité supérieure au placebo.

Ex: Alforex® (Bifidobacterium infantis 35624), Smebiocta®  (Lactobacillus plantarum 299v), VSL#3® ( Streptococcus thermophilus, Bifidobacteria breveBifidobacteria longum, Bifidobacteria infantis, lactobacillus acidophilus, Lactobacillus plantarum, lactobacillus paracaseilactobacillus delbrueckii bugaricus), Kijiméa® (Bifidobacterium bifidum MIMBb7), Lactibiane référence® (Bifidobacterium longum LA101, Lactobacillus helveticus LA102, Lactococcus lactis LA103, Streptococcus thermophilus LA104), Probiolog florvis (Lactobacillus plantarum CECT7484, Lactobacillus plantarum CECT7485, Pediococcus acidilactici CECT7483)

Des méthodes alternatives (dont le régime pauvre en FODMAPs) sont prouvées pour réduire efficacement les symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Pour cette raison, ils font maintenant partie intégrante des stratégies thérapeutiques des médecins généralistes et gastro-entérologues en France. Nous en parlerons dans un prochain article.

A suivre…

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.