Syndrome de l’intestin irritable : Ne gaspillez pas votre argent avec des tests inutiles et hors de prix

Vous connaissez probablement les tests aux IgG ?

Quand on souffre, on cherche des solutions et c’est bien normal.

Quand on a un syndrome de l’intestin irritable, on cherche des coupables alimentaires et c’est bien normal aussi.

Mais il arrive que des laboratoires en profitent pour s’en mettre plein les poches avant même de chercher à prouver que leurs tests sont sérieux.

Les allergologues et les gastro-entérologues sont du même avis:

panneau NON

Voici ce que recommandent les allergologues du monde entier : 

 

« Les dosages d’IgG sont commercialisés en France sans autorisation préalable de l’ANSM […] Ils ne font pas l’objet d’un contrôle national de qualité. Ces dosages ne sont pas inscrits à la nomenclature des actes de biologie médicale (NABM) et ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie. Les tarifs […] varient de 30€ à 500€ selon le nombre d’aliments testés. […]

Les dosages d’IgG anti-aliments ne sont pas des tests d’allergie de type III […] Les dosages d’IgG anti-aliments ne sont pas utiles pour diagnostiquer un trouble de la perméabilité intestinale […] Les dosages d’IgG anti-aliments ne permettent pas de diagnostiquer une intolérance au gluten […]  certains patients sont améliorés par le régime alimentaire basé sur les IgG  […] car ils souffre en réalité d’intolérance aux FODMAPS […] ou d’hypersensibilité aux histamine, tyramine ou aliments histaminolibérateurs. Des conseils d’éviction basés sur une simple analyse du régime par une diététicienne est généralement suffisant pour arriver au même résultat, sans recourir à des tests biologiques onéreux.[…]

Les sociétés savantes d’immunologie et d’allergologie de plusieurs pays d’Europe, l’Académie Européenne d’Allergologie et d’Immunologie Clinique, l’Académie Américaine de l’Asthme, d’Allergie et d’Immunologie, la société sud-africaine d’allergologie et la société australienne d’Immunologie et d’allergologie ont reconnu les dosages d’IgG comme des tests inutiles pour le diagnostic d’allergie ou d’intolérance aux aliments.

Conclusion

Les dosages d’IgG anti-aliments ne devraient plus être prescrits en routine. Leur utilisation devrait être réservée à des fins de recherche, dans l’état actuel des connaissances médicales. » (plus d’informations en cliquant ICI)

Voici ce que recommandent les gastro-entérologues  :

« les conseils de pratique de la SNFGE (Société Nationale Française de Gastro-Enterologie) pour la prise en charge du SII ne recommandent pas d’utiliser les résultat des dosages d’IgG pour baser des conseils diététiques (cf. conseil de pratique SNFGE 2013) »

Voir également un autre article que j’avais écrit sur le sujet

Un commentaire

  1. Bonjour, j’ai fait le test et j’ai dépensé 220 euros. Ce test à révélé une candidose, une sensibilité à la farine de blé, blanc d’oeuf et lait de vache. J’ai arrêté le gluten et tous ces aliments et je me sens beaucoup mieux. Lorsque je suis retournée voir mon gastro enterologue et que je lui ai dit que j’avais fait ce test suite aux conseils d’un médecin, il était furieux contre son confrère et m’a dit que c’est tests ne prouvent rien. Mais, souffrant de colopathie fonctionnelle, il m’a dit de limiter très fortement le blé et donc le gluten, le lait de vache. Si seulement, mon gastro m’avait dit cela avant, je n’aurais pas payé cette somme d’argent pour ces tests. Depuis, je suis un peu perdue car je continue d’éviter les blancs d’oeufs car je crains que mes symptômes réapparaissent, mais moi qui adore pâtisser c’est compliqué. Pour la candidose, je n’ai rien fait car j’avais lu un article de l’institut Pasteur qui indiquait que ce test ne signifie pas forcément une candidose, mais une permeabilité de l’intestin. Pour les laits végétaux, j’ai vu des articles qui préconisent en cas de colopathie fonctionnelle le lait d’amandes et d’autres non. Du coup, je n’ose pas. Concernant le régime fodmap, sans le savoir, je le suis car je ne mange que des fruits et légumes riches en fibres solubles et évitent les fibres insolubles.

    Reply
  2. Bonsoir, j’ai fait un test Imupro, il y a trois ans maintenant, car j’étais complètement désespérée face à mes symptômes. Quand j’avais parlé de la possibilité que je souffre d’intolérances alimentaires à mon médecin, il m’avait répondu que cela ne se manifestait pas par les symptômes que j’avais (douleurs abdominales localisées à droite, ballonnements, troubles du transit). Après coup, après m’être informée, je me suis dit qu’il confondait intolérances et allergies. J’ai donc pris l’initiative de faire un test. Je ne le regrette pas. Ca m’a permis d’arrêter de consommer du gluten et de ne plus souffrir de ces ballonnements incompréhensibles pour moi qui faisait tellement attention à ce que je mangeais. J’ai également supprimé de mon alimentation les aliments auxquels le test disait que j’étais intolérante. Ce qui est malheureux, c’est que l’on tourne tellement en rond avec cette maladie, que l’on se sent tellement seul et désespéré par moment que, du coup, quand une fenêtre d’explication s’ouvre, eh bien, on fonce. J’ai dépensé beaucoup d’argent pour me soigner : hypno thérapie, phytothérapie, ostéopathie, naturopathie… aucune de ces méthodes ne m’a vraiment donné de soulagement, excepté celui de mon porte-monnaie. Ce test et ses résultats, à un moment critique pour moi, m’a permis d’atténuer mes symptômes de manière notable.

    Reply
  3. Bonjour,

    Cet article fait réagir. Je vous remercie de vos messages sur le blog et sur la page facebook.
    Je me permets de faire une précision. J’ai écrit cet article uniquement pour donner l’avis des médecins gastroentérologues et allergologues qui émettent des réserves sur la qualité de ces tests.
    D’un point de vue personnel, je les avais fait il y a 10 ans. Donc je sais ce que c’est que de souffrir et de chercher une solution.
    Avec le recul et l’expérience professionnelle en nutrition digestive, j’ai pu constater que finalement ces tests amènent à éviter les produits laitiers, le blé et le seigle + quelques fruits et légumes. Cela amène donc à supprimer du lactose et d’autres FODMAPs qui sont prouvés pour être problématiques chez un nombre significatif de personne.
    Ma réflexion est donc la suivante : plutôt que de dépenser une grosse somme d’argent, ne vaudrait-il pas mieux vérifier si on est intolérant au lactose, au blé et/ou à l’ensemble des FODMAPs tout simplement en suivant un régime d’éviction sur quelques semaines?

    Reply

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.