Témoignage de Sabine, 41 ans

« D’aussi loin que remontent mes souvenirs, et depuis ma naissance selon les dires de mes parents, j’ai toujours eu les intestins « fragiles » !!! Pendant 40 ans, ma vie a été ponctuée de maux de ventres quasi perpétuels et diarrhées inopinées une à plusieurs fois par jours.

Après des examens médicaux qui n’ont jamais rien donnés, j’ai toujours eu les diagnostics que beaucoup d’entre nous entendent  comme: « C’est dans votre tête !!! » ou « C’est du au stress !!!! »… C’est un cercle vicieux : on a mal au ventre alors on stress de devoir sortir et que l’entourage s’en rende compte et plus on stress plus on a de crises… Ce qui est terrible, c’est que l’on en vient parfois à rêver qu’un examen soit anormal et puisse nous permettre de « prouver » nos douleurs, mais rien… tout va bien (ou presque, on a juste mal au ventre ENCORE et ENCORE !!!)…

J’ai donc fini par vire avec… C’était ma vie… Une vie (de couple, de maman et professionnelle) compliquée au rythme des caprices de mon ventre, des crises plus ou moins violentes avec pour seule obsession : les toilettes.

Si on m’avait dit qu’un jour je n’aurais plus de symptômes et que MOI j’aurai un transit « normal », je n’aurais jamais pu le croire et pourtant…

Après une augmentation des crises et des symptômes l’été dernier, j’ai fouillé le net afin de trouver de l’aide et je suis tombée sur l’alimentation sans FODMAP. Toutes mes recherches en France me ramenaient vers Julie Delorme mais je n’ai pas osé sauter le pas. J’ai potassé pendant des heures sur des sites anglophones et des livres et sans grande conviction, je me suis lancée et là : Miracle !!! Plus RIEN en moins d’une semaine !!! Pour la première fois en 40 ans, une journée sans diarrhée et sans mal de ventre, puis deux, puis trois… que ça change la vie J. Malheureusement, au moment des tests, sans aide, j’ai fait un grand n’importe quoi, je me suis dispersée en cherchant dans tellement de direction à la fois (lactose, fructose, histamine…) que j’ai fini par réduire la liste de mes aliments à peau de chagrin et mes symptômes ont commencé à revenir tout doucement.

Je ne voulais plus de cette vie d’avant et je savais que la seule période où je me suis sentie merveilleusement bien c’était avec cette alimentation sans FODMAP. Il fallait que je recommence mais cette fois j’avais besoin d ‘aide et j’ai fait appel à Julie. Vive Internet et les consultations par Skype, Nice et Cannes c’est un peu trop loin de chez moi !!! Avec ce mode de consultation, Julie met son savoir à la portée de tous. Mon miracle est de retour et grâce à son aide et ses explications précises et personnalisées pour les tests, cette fois je suis sur la bonne voie. Une fois les aliments problématiques identifiés, elle m’a fait réintroduire des fruits, des légumes que je n’osais plus manger de peur d’avoir encore mal, même le chocolat que je ne mangeais plus depuis des mois J. La majeure partie des recettes s’adapte à ce « régime », qui pour moi n’en est pas un, puisqu’il nous permet une vie avec un confort intestinal inespéré jusque-là. Depuis que j’ai repris cette alimentation, plus de maux de ventre, ballonnement et gaz à partir du 4ème jour et surtout pas une seule diarrhée. Quel bonheur de se coucher sans se recroqueviller, de sortir sans être obsédée par les toilettes au cas où, de recuisiner et surtout manger avec plaisir !!!

Si votre ventre vous fait souffrir, vous ne risquez pas grand-chose à sauter le pas, avec quelques adaptations alimentaires et les conseils personnalisés de Julie, vous pourrez au mieux (et je vous le souhaite) en finir, comme beaucoup d’autres personnes dont je fais partie, avec tous ces symptômes qui m’ont pourri la vie pendant près de 41 ans.

Un très grand MERCI à Julie de la part de mon mari, mes enfants et surtout de mon ventre, Merci pour tout !!! « 

Pourquoi mon ventre gonfle et comment y remédier?

Le ballonnement abdominal est un symptôme fréquent qui touche, selon une enquête SOFRES, jusqu’à 47% des adultes!

Le ballonnement est perçue de manière différente en fonction des personnes. Ainsi, il peut être défini comme une sensation d’inconfort associé ou non à une distension (gonflement) de l’abdomen et/ou des gargouillements.

ballonnements fonctionnels

Quelle est le mécanisme mis en jeu dans les ballonnements fonctionnels ou liés au syndrome de l’intestin irritable ?

Il y quatre facteurs peuvent être à l’origine de cette sensation de ballonnements :

a) une perturbation du transit des gaz dans l’intestin avec une rétention des gaz au lieu de leur expulsion (flatulences).

b) une hypersensibilité viscérale qui rend le sujet anormalement sensible aux mouvements intestinaux d’un volume normal de gaz.

c)  une production excessive de gaz dans l’intestin. En effet, certaines personnes ont une capacité de fermentation des aliments plus importantes que chez les autres.

d) un dysfonctionnement des muscles de la sangle abdominale secondaire à un réflexe viscéro-somatique anormal provoquant une contraction du diaphragme et un relâchement de la sangle abdominale au lieu du contraire (voir l’explication sur le schéma ci-dessus).

Comment y remédier?

Dans un rapport de 2009, le Professeur gastro-entérologue français, Pr Ducrotté, fait l’inventaire des thérapeutiques pour diminuer les ballonnements fonctionnels.

Voici sa conclusion:

Aucune prise en charge n’existe actuellement pour corriger un dysfonctionnement des muscles antérieurs de la sangle abdominale (d).

Cependant, 3 approches sont proposées actuellement pour lutter contre les autres raisons responsables des ballonnements :

1) une prise en charge diététique, entre-autre, avec la mise en place d’une alimentation pauvre en glucides qui fermentent (=alimentation pauvre en FODMAP) permet de réduire les ballonnements en limitant la production de gaz.

2) un traitement pharmacologique.  Certains antibiotiques, certains probiotiques à base de Lactobacilles ou de Bifidobactéries et les médicaments à base de siméthicone ont fait preuve d’une certaine efficacité.  Par ailleurs, les absorbants des gaz, essentiellement à base de charbon, ont eu jusqu’alors une efficacité médiocre dans les rares essais publiés. Les prokinétiques usuels (dompéridone, métoclopramide, érythromycine) n’ont pas été testés dans cette indication. Les antidépresseurs, notamment tricycliques, actifs à faible dose sur la sensibilité viscérale, méritent d’être testés. Dans tous les cas, il est conseillé de consulter votre médecin avant d’entreprendre un traitement médicamenteux.

3) les autres prises en charge. L’hypnose et l’activité physique peuvent apporter un bénéfice chez les malades souffrant de ballonnements fonctionnels.

 

Plusieurs approches alimentaires pour améliorer les symptômes digestifs. Partie 2.

Voici la suite de l’article Plusieurs approches alimentaires pour améliorer les symptômes digestifs. Partie 1.

Les composants chimiques des aliments:

Pour déterminer si une personne est intolérante aux composants chimiques – naturels et synthétiques – des aliments (allergènes communs + salicylates, amines, glutamate), il est nécessaire de suivre un régime d’exclusion pendant 2 à 4 semaines suivi de tests de réintroduction.

Le mécanisme des intolérances aux composés chimiques est complexe. Ils stimuleraient les terminaisons nerveuses des personnes hypersensibles [Raithel et al. 2005]. En ce qui concerne la colopathie, des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer leur efficacité sur les symptômes digestifs.

Les salicylates sont présents dans certains fruits et légumes, certaines herbes et épices, les noix, le thé et le café. Les amines sont, quant à elles, présentent principalement dans le chocolat, les poissons et les viandes fumés, certains fruits et légumes. Les glutamates sont présents dans les fromages fermentés, la sauce au soja et utilisés comme additifs dans certaines préparations industrielles [Swain et al. 2009].

Il n’existe pour l’instant pas d’autres moyens de dépistage de ces hypersensibilités.

L’hypersensibilité au gluten:

En dehors de la maladie coeliaque, le régime sans gluten est de plus en plus pratiqué par le grand public pour gérer le syndrome de l’intestin irritable, l’hyperactivité, la fatigue chronique… mais les preuves scientifiques sont faibles.

Beaucoup de colopathes ressentent une amélioration de leurs symptômes en suivant le régime sans gluten. Le principal problème est qu’un grand nombre d’entre eux ne se font pas dépister au préalable pour la maladie coeliaque. Or, il est indispensable, pour faire les tests de dépistage de la maladie coeliaque, de consommer régulièrement du gluten. Dans le cas contraire, les résultats des tests sont faussés.

Une seule étude  confirme qu’il existe une hypersensibilité non-coeliaque au gluten [Biesiekierski et al. 2010] (c’est la seule étude dissociant le gluten des fodmap contenus dans le blé). Dans cette étude, 68% des colopathes ont ressenti une aggravation de leurs symptômes digestifs suite à l’ingestion de gluten contre 40% ayant ingéré un placébo. Toutefois, les mécanismes de cette hypersensibilité sont pour l’instant inconnus.

Le café :

Le café est souvent incriminé par les colopathes pour aggraver leurs symptômes digestifs. Cependant, on ne sait pas si cela provient de la caféine, des salicylates, ou du lait pouvant être rajouté dans le café. Dans tous les cas, le café est confirmé pour être un stimulant colique et modifierait la motricité gastrointestinale [Rao et al. 1998].

Les graisses:

Les graisses ont également été impliquées pour augmenter l’hypersensibilité intestinale [Simren et al. 2007].

L’application de ses différentes méthodes :

L’application des alimentations pauvres en FODMAP ou en composants chimiques des aliments nécessite le suivi par un diététicien-nutritionniste afin de trouver des aliments de substitution à ceux éliminés et de garantir une alimentation équilibrée. De plus, si ces alimentations sont appliquées sans l’aide d’un professionnel en nutrition, les patients risquent soit d’être trop stricts en éliminant inutilement trop d’aliments, soit de consommer par erreurs des aliments riches en FODMAP ou en composants chimiques ce qui restreint l’efficacité de ces méthodes. Pour conseiller ces méthodes, le diététicien doit être spécialisé dans ce domaine, et il doit bien maîtriser la composition des aliments et les tests de réintroduction.

Chaque alimentation est conseillée au cas par cas, en fonction des symptômes et des antécédents médicaux.

Conclusion de l’article :

Il y a de plus en plus de preuves démontrant que l’alimentation joue un rôle dans les troubles fonctionnels intestinaux. Ces approches ne permettent pas de guérir mais elles aident à réduire les symptômes et à améliorer la qualité de vie des malades. L’approche la plus efficace est l’alimentation pauvre en FODMAP car elle fonctionne chez 74% des malades. L’alimentation pauvre en composants chimiques des aliments est également une piste prometteuse mais son application est plus complexe et des études d’approfondissement sont nécessaires. L’hypersensibilité au gluten semble exister mais des études plus poussées ont besoin d’être réalisées pour comprendre le mécanisme. La caféine et les graisses semblent également jouer un rôle chez certains colopathes.

Ainsi, l’alimentation pauvre en FODMAP est l’approche la plus efficace sans engendrer de déficits nutritionnels et devrait être prescrite en première intention.

Cliquez ICI pour avoir accès à l’article original en entier

 

Une grande étude épidémiologique en France sur les troubles fonctionnels intestinaux et l’alimentation

Le Professeur gastro-entérologue Jean-Marc Sabaté du CHU de Colombes a fait une demande de financement institutionnel pour réaliser une étude nationale sur les troubles fonctionnels intestinaux et l’influence de l’alimentation, et plus particulièrement des FODMAP, sur les symptômes typiques du Syndrome de l’Intestin Irritable (ballonnements, douleurs abdominales, flatulences, diarrhée et/ou constipation).

Cette étude serait réalisée au sein du Groupe Français de Neuro-Gastroentérologie en partenariat avec l’APSSII (et moi-même).

Voici un extrait de l’interview du professeur dans le LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN du JEUDI 25 OCTOBRE 2012:

« Compte tenu de l’efficacité modérée des traitements médicamenteux disponibles, l’utilisation d’une stratégie non médicamenteuse qui serait fondée sur des conseils diététiques paraît très intéressante chez les patients avec SII. »

Puis il rajoute: « Récemment des études menées en Australie ont aussi montré que certains sucres (fructose, édulcorants type sorbitol), dits fermentescibles (Fermentable Oligo-, Di-, and Monosaccharides, And Polyols ou FODMAPs), utilisés notamment par l’industrie agroalimentaire mais également présents dans de nombreux aliments, pouvaient favoriser les symptômes du SII. […] Une étude réalisée récemment au Royaume-Uni a d’ailleurs montré un bénéfice sur les symptômes digestifs de conseils diététiques pour un régime pauvre en FODMAPs par rapport à des conseils diététiques standards. »

Il était donc temps aux chercheurs français de s’y mettre! (cocorico 😉 )

A suivre…

L’alimentation pauvre en FODMAP est-elle à vie?

Vous avez mal au ventre et vous suivez (ou souhaitez suivre) l’alimentation pauvre en FODMAP pour améliorer votre bien-être digestif. Beaucoup se demandent s’ils doivent suivre cette alimentation à vie.

La digestion est un processus complexe. Le dernier aliment mangé avant une crise n’est pas forcément celui qui vous a déclenché cette crise! Suite à une intolérance ou une malabsorption d’un aliment, les symptômes digestifs peuvent apparaître de quelques minutes jusqu’à plusieurs heures après l’ingestion de cet aliment. Il est donc difficile de savoir d’emblée quels aliments, et donc quels FODMAPs, vous tolérez et lesquels vous sont problématiques.

Dans l’alimentation pauvre en FODMAP, la première phase d’élimination consiste donc à éliminer tous les aliments contenant toutes les catégories des FODMAPs. Elle dure minimum 4 semaines.

Cependant, vous tolérez peut-être certaines catégories et quantités de FODMAP. De plus, les FODMAPs et les aliments qui les contiennent sont bons pour la santé. C’est pourquoi, après minimum 4 semaines de phase d’élimination, il est vivement conseillé d’élargir son alimentation (phase de personnalisation). Un diététicien-nutritionniste peut vous guider pour déterminer vos tolérances et intolérances (ou malabsorption) en suivant des règles très précises. A la fin de cette étape de personnalisation et d’élargissement, vous saurez quels aliments vous pouvez réintroduire sans que cela engendre ou aggrave vos symptômes digestifs.

Et après ?

Votre flore intestinale est composée de milliard de bactéries. Cela représente 2 à 3 kg de votre corps. Les chercheurs ont montré qu’il existait une différence au niveau qualitatif et quantitatif de la flore entre une personne souffrant de troubles fonctionnels intestinaux et une personne « normale ». Certains médecins parlent d’ailleurs souvent de SIBO ( Small Intestine Bacterial Overgrowth) qui signifie qu’il y a une excroissance de bactéries au niveau de l’intestin grêle. Ceci a pour conséquence une fermentation plus importante que la normale ce qui engendre des symptômes digestifs.

Les FODMAPs sont des glucides facilement et rapidement fermentés par les bactéries de votre flore intestinal. En diminuant les FODMAPs de votre alimentation, vous diminuez ce phénomène de fermentation. Après plusieurs mois d’alimentation pauvre en FODMAP stricte puis élargie, il parait logique que votre flore se modifie. C’est pourquoi, beaucoup de personnes peuvent, par la suite, réintroduire un plus grand nombre d’aliments riches en FODMAPs et mangent pratiquement normalement.

Enfin, il est important de noter que l’alimentation pauvre en FODMAP est une alimentation de confort digestif. Des écarts n’ont donc aucune conséquence sur votre santé!

 

Muffins Proceli®

J’ai testé pour vous les muffins sans gluten, sans lactose et pauvres en FODMAPs de la marque Proceli®.

Muffins proceli sans gluten et pauvres en FODMAPs

Verdict: J’adore ces muffins tant au niveau de leur consistance moelleuse que de leur goût!

Inconvénient: Ces muffins sont très sucrés et il est difficile d’arrêter d’en manger 😉

Où les trouver : En magasins Bio ou sur internet.