Tests d’intolérances alimentaires : ne vous faites pas avoir!

Vous avez peut-être entendu parler ou fait des tests d’intolérances alimentaires* (test aux IgG spécifiques). Ils sont proposés par 2 ou 3 gros laboratoires commerciaux en France.

Ces tests sanguins sont sensés détecter des intolérances alimentaires chez les personnes souffrant aussi bien de troubles fonctionnels gastro-intestinaux (= syndrome de l’intestin irritable ou colopathie fonctionnelle) , que celles souffrant de maux de tête, de fatigue chronique, d’hyperactivité, d’arthrose, de problèmes cutanés (ex: eczéma) ou respiratoires (ex: rhinites, sinusites).

Ils coûtent très cher (jusqu’à près de 500€ – non pris en charge par la sécu). Or, les résultats études cliniques sur le sujet sont souvent contradictoires et la plupart des médecins gastro-entérologues et allergologues les désapprouvent.

Dans l’article scientifique  » Unproved diagnostic and therapeutic approaches to food allergy and intolerance » (traduction : diagnostics et traitements non prouvés des allergies et intolérances alimentaires), les auteurs, Dr. Suzanne S. Teubera et Dr. Cristina Porch-Currena ont répertorié et analysé les études cliniques sur les tests d’intolérances aux IgG spécifiques. Elles concluent : « Aujourd’hui, il n’existe ainsi aucune preuve démontrant l’efficacité des tests d’intolérances alimentaires aux IgG quelque soit le trouble ou la pathologie« .  Les auteurs expliquent que la production d’IgG spécifiques suite à l’ingestion d’un aliment serait normal et son taux serait en fait proportionnel à la fréquence de la consommation de cet aliment (et non induit par une intolérance à cet aliment).

Dans un autre article, Dr J.O. Hunter prend l’exemple concret de la levure. Selon les tests aux IgG spécifiques, 87% des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable ont un fort taux d’IgG à la levure – ce qui sous-entendrait que 87% des malades seraient intolérants à la levure et que son ingestion provoquerait des symptômes. Or, 2 études basées sur des tests de provocation orale à la levure à l’aveugle montrent que l’ingestion de levure est à l’origine de l’apparition ou de l’aggravation de symptômes chez uniquement 5.5% (résultat d’une étude comportant 73 personnes souffrant du SII) et 12% (résultat d’une autre étude comportant 122 personnes souffrant du SII). Il parait donc logique pour l’auteur de conclure que le fort taux en IgG d’un aliment (levure ou autre) n’est pas un indicateur fiable pour révéler une intolérance alimentaire à cet aliment.

De plus, très souvent, beaucoup d’aliments ressortent (30, 40, voire 50 aliments) lors de ces tests. L’éviction de ces aliments peut être bénéfique et réduire les symptômes mais cela peut également être expliqué par d’autres raisons subjectives (effet placébo) ou objectives (par exemple : si ces tests révèlent une intolérance au lait et que, par coïncidence, cette personne est intolérante au lactose – car elle a en fait un déficit en lactase, l’éviction du lait lui apportera alors un bénéfice mais pour une raison différente).

 

*Attention: ces tests n’ont rien à voir ni avec les tests de dépistage des allergies, ni avec les tests d’intolérance au gluten qui sont utilisés pour dépister la maladie coeliaque, ni avec les tests respiratoires à l’hydrogène pour détecter par exemple l’intolérance au lactose.

 

Un commentaire

  1. bonjour,
    article très interessant! j’étais sur le point de réaliser un test. Cependant, comment peut on expliquer que certains medecin précaunise ce genre de test? et que pour certains patient cela est fait ses preuves…

    Reply
    • Bonjour,

      Pour la petite histoire, j’ai le syndrome de l’intestin irritable depuis plus de 18 ans. Il y a plusieurs années, j’ai fait ces tests. Plus d’une trentaine d’aliments sont ressortis. Certains étaient riches en FODMAP comme le lait, les yaourts, le blé ou le seigle et d’autres non comme l’ananas, les écrevisses…. En éliminant ces aliments j’ai en effet ressenti une amélioration mais après avoir connu l’alimentation pauvre en FODMAP (qui elle m’a permise de ne plus du tout avoir de symptômes) et après avoir entendu tous ces avis négatifs sur ces tests par un grand nombre de médecins et professeurs, j’ai réintroduit tous les aliments pauvres en FODMAP de la liste (ananas, écrevisse, vanille…) et mes symptômes ne sont pas revenus.
      C’est vrai que sur leur site les résultats sont très prometteurs. Normalement pour juger de l’efficacité d’un traitement, les tests doivent être réalisés versus placebo (pour éliminer l’effet placebo d’un traitement) et en double aveugle – c’est à dire qu’il y aurait du avoir des tests d’élimination et de réintroduction des aliments ressortis sans que la personne testée ne sache ce qu’elle avale. Or, cela n’a pas été à priori le cas pour ces tests (sinon ces critères de qualité auraient été marqués sur leur site).
      Par ailleurs, comme noté dans le dernier paragraphe, ces tests révèlent souvent un grand nombre d’aliments : on retrouve souvent le lait (donc son éviction peut amener un bénéfice chez les 1 personnes sur 2 ayant un déficit en lactase – qui est l’enzyme permettant de digérer le sucre du lait ou lactose), le blé (dont son éviction peut apporter un bénéfice si la personne a en fait du mal à tolérer les fructanes – qui sont des FODMAP – ou si elle est intolérante à la protéine de gluten ce qui touche 1% de la population), ou d’autres aliments riches en amines, salicylates… auxquels certaines personnes sont hypersensibles. On peut donc trouver d’autres explications scientifiques à ces améliorations.
      Pour conclure, il y a quand même un gros doute qui plane sur ces tests mais si vous avez envie de les faire et que vous pouvez financièrement vous le permettre, l’éviction des aliments ressortant ne pourront pas vous faire de mal tant que vous gardez une alimentation équilibrée.

      Reply
  2. merci pour votre réponse. Si j’ai bien compris, il serait bien plus intelligent de ma part de privilégier une alimentation pauvre en fodmap’s afin d’essayer de réduire mes symptômes du SII. Je vais me diriger dans cette voie et par la même occasion garder quelques centaines d’euros =).

    Merci

    Reply
  3. suis pas très ok avec l’exemple de la levure!!! en effet, c’est un très mauvais exemple dans le sens où il existe des levures issues des céréales contenant du gluten et donc si intolérance au gluten=problème; d’autres levures sont issues du millet par exemple qui ne contient pas de gluten et donc pas de réaction; le problème est que les test ne sont pas arrivés à ce niveau de précision; dans levure, toutes les levures sont mélangées…

    Reply
    • Bonjour,

      Je parlais en fait de la levure de boulanger qui est sans gluten. Mais vous avez raison : les levures chimiques et le levain peuvent contenir du gluten ou d’autres céréales.

      Cdt

      Reply
  4. bonjour
    je dois faire les tests demain!
    j’ai le choix avec 30 aliments ou avec 200 mais tarif élevé!
    si c’est vraiment utile ,je suis prete à le faire!
    mais je m’interroge!
    je n’ai pas envie de débourser 200 euros pour rien
    que dois je faire???

    Reply
    • Bonjour,

      Désolée pour la réponse tardive. Lors des congrès de gastro-entérologie et d’allergologie, on entend un avis défavorable sur l’interprétation de ces tests surtout que – comme vous dites – ils coûtent chers. Je comprends que vous ayez envie de le faire mais réfléchissez-y à deux fois.

      Cdt,

      Julie Delorme

      Reply
  5. Mon gastroentérologue m’avait diagnostiqué avec le syndrome du colon irritable d’une facon fataliste en m’expiquant que j’aurai ca pour le reste de ma vie.
    J’ai quand même cherché à me soigner et un médecin m’a fait faire ce test IGg. Les résultats collent presque parfaitement aux aliments qui me font souffrir.
    Donc maintenant, j’ai un deuxième diagnostique, différent, et il y a un espoir de guérison.

    Reply
    • Bonjour,

      L’essentiel est que vous vous sentez mieux.
      Etant donné ce que vous dites, vous avez éliminé les aliments vous déclenchant des symptômes. Toutefois, il se peut que l’explication du coté aggravant de ces aliments soient liés à d’autres raisons.
      Je prends souvent l’exemple du lactose qu’un adulte sur deux digère mal à cause d’un déficit en enzyme. Or les produits contenant du lactose sont souvent éliminés suite à ces tests aux igG qui révèleraient une intolérance aux protéines de lait. Dans ce cas l’amélioration suite à l’éviction des produits laitiers à quoi est -elle du? Une intolérance aux igG ou une intolérance au lactose ? Mais je vous le répète l’essentiel est que vous alliez mieux.

      Reply
  6. Bonsoir à tous,
    J’ai « toujours » eu de l’eczema et j’ai fait ce test d’intolérances alimentaires aux IgG (molécules anticorps) il y a 1 an.
    Jusqu’à présent je n’en tenais pas tellement compte car il faut avouer que c’est « relou » de voir que la caséine (protéines des composants du lait) est à éviter vraiment, et que la farine de blé, moins mais aussi, etc etc ! Du coup j ai géré mon eczema d’une autre manière mais ce n’est pas une solution à long terme … cortisone. Je pense et j’espère que si je respecte ce que me dit ce test d’intolérance aux IgG, du moins le plus possible, mon eczema ne reviendra plus.
    Certains pourraient trouver ça naïf mais « l’espoir fait vivre », l’optimisme est un très bon remède et ça ne peut faire que du bien, non ???
    Sur ce, bon courage à tous !

    Reply
  7. bonjour, personnellement je suis chercheur en anthropologie sociale et en biologie, et mène une recherche sur les maladies auto-immunes avec des biologistes et physiologistes de l’université MSU aux USA et de Paris-Saclay. Je suis assez choquée de lire dans un blog un dénie aussi rapide et sévère de l’utilité des mesures IgG du fait d’avis peu renseignés sur le plan biologique de deux gastroentérologues, lesquels sont les premiers à si mal comprendre le système immunitaire qu’ils y font rentrer les IgA pour y refuser les IgG… Aujourd’hui on sait que le dépassement de 40 unité d’IgG sur un aliment montre une alerte cytokynique importante qui témoigne d’un début d’allergie. On sait aussi que ces allergies sont pour une grande part imputables aux antibiotiques et à la génétique. En effet, si les gens réagissent à la caséine, ce n’est pas par absence de lactase comme vous aimeriez le croire, mais surtout car ils ont été nourris au biberon de lait de vache et ont produit des antigènes importants à l’enfance, le gluten du blé et du seigle sont des mutations récentes contre lesquelles nos antigènes répondent comme devant un corps étranger, une grande partie des levures aussi, car elles sont vivantes et souvent mutées. Des réactions à l’ananas etc. sont souvent fréquentes si vous n’avez pas d’origine africaine. Bref, ne confondons pas tout. ces tests sont aujourd’hui la seule source viable de diminution des anti-corps autoimmunes par diminution de l’orage cytokynique lié aux IgG. Et cela reste moins contraignant qu’un FODMAP qui élimine inutilement certains aliments qu’on tolère bien. Quand on a la chance de pouvoir cibler, profitons-en. Je mène une recherche de long terme dans laquelle nous retestons les gens un an après, etc. et les résultats sur les autoimmunes sont flagrants.

    Reply
    • Bonjour Marion,

      Je vous remercie pour votre message. Je suis tout à fait ouverte pour débattre sur la fiabilité des tests aux IgG.
      Dans mon article je tenais juste à souligner que les tests aux IgG sont basés sur des hypothèses et que des études de qualité sont nécessaires pour justifier leur utilité. Je tiens donc à ce que les malades puissent s’informer avant de les faire car leur coût n’est pas négligeable.

      Les questions que je me pose sont les suivantes :

      Si les tests aux IgG révélaient bien des intolérances alimentaires comment se fait-il :
      – qu’ils soient contestés par 95% des gastro-entérologues et allergologues français et internationaux ? (alors que les tests des allergies alimentaires sont bien acceptés et utilisés)
      – qu’il n’existe pas d’étude versus PLACEBO en double aveugle démontrant l’effet de l’éviction des aliments révélés dans ces tests?
      – qu’un vrai intolérant au gluten ayant la maladie coeliaque n’ait pas automatiquement un taux d’IgG élevé au gluten?
      – que les résultats de ces tests varient d’un laboratoire à un autre?
      – qu’en pratique, je puisse observer par exemple que la réintroduction d’un aliment pauvre en FODMAP et pauvre en composés chimiques tel que le blanc d’oeuf – qui ressort souvent en IgG, ne déclenche pas de symptômes?

      En ce qui concerne l’alimentation pauvre en FODMAP, elle est certes contraignante dans un premier temps mais pas forcément plus contraignante que la méthode IgG (j’ai certains patients à qui il est indiqué de ne plus manger suite aux tests aux IgG : aucuns produits laitiers, aucunes céréales à gluten, pas de riz, pas d’oeuf, pas de poulet : dur dur!)

      Pour conclure, je pense que dans le but de trancher et de démontrer l’efficacité des tests aux IgG, il faudrait une étude sur des volontaires souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Qu’on évalue la fréquence et l’intensité de leurs symptômes digestifs. Qu’on leur fasse les tests aux IgG. Qu’on leur fasse suivre un régime pauvre en FODMAP et en composés chimiques sur 2 semaines. Qu’on ré-évalue leurs symptômes. Qu’on leur fasse manger des aliments à fort taux aux IgG mais pauvre en FODMAP et en composés chimiques en double aveugle pendant plusieurs semaines, le tout versus placebo. Qu’on évalue à nouveau leurs symptômes. Si ces derniers s’aggravent de manière plus importante avec les aliments à fort taux d’IgG par rapport aux produits placebo, alors on aura prouvé l’existence et la pertinence de ces tests. Qu’en pensez-vous?

      Reply
      • Je ne suis pas toubib mais j’ai déjà quelques réponses à vos questions :

        – qu’ils soient contestés par 95% des gastro-entérologues et allergologues français et internationaux ? (alors que les tests des allergies alimentaires sont bien acceptés et utilisés)

        les gastro et allergo sont-ils des spécialistes des intolérances alimentaires ? Pourquoi ne pas poser la même question à des spécialistes en micronutrition ? (qui eux prescrivent et recommandent ces tests en routine)

        – qu’un vrai intolérant au gluten ayant la maladie coeliaque n’ait pas automatiquement un taux d’IgG élevé au gluten?

        Surement parce que la maladie coeliaque n’est pas liée aux IgG mais que cette maladie auto immune est liée à un autre type de réponse immunitaire

        – que les résultats de ces tests varient d’un laboratoire à un autre?

        surement parce qu’en fonction du test, ce ne sont pas les mêmes composés / protéines alimentaires qui sont utilisés. Combien existe-t-il de variétés différentes de blé / mais / orge / avoine… Outre le fait que les IgG ayant une demie vie de 21 jours, si vous n’avez pas consommé l’aliment depuis un certain temps, ben les anti corps disparaissent…

        Reply
      • Bonjour,

        Je suis désolée mais je n’ai pas le droit de donner les adresses emails des personnes intervenants sur mon blog.

        Je vous remercie de votre compréhension.

        Savoureusement digeste,

        Julie D

        Reply
    • bonjour a vous,

      honnêtement, je serai curieuse de me faire re tester après 10 mois.
      j ai fait un test de 220 aliments parce que je me sentais tellement mal, j’avais l’Impression de tomber en morceaux. finalement , je comprend ce test et ses facteurs ai été aussi élevé. avec une perméabilité de l’intestin chronique (a l’époque je ne savais pas) tout m’était intolérant. mais maintenant, est ce que j ai envie de re payer 300 euro pour savoir… bonne question

      Reply
      • Bonjour Monique,
        Je rebondis sur votre découverte d’intestins poreux. Je ne sais pas qui vous a dit cela mais c’est effectivement le cas avec notre alimentation bourrée de gluten. Il y en a dans presque tous les aliments transformés industriellement. Nous sommes inégaux dans nos réactions face à cette submersion, ceux qui sont allergiques le savent mais la porosité de l’intestin à cause du gluten, peu de médecins en tiennent compte malheureusement. Des toxines qui devraient normalement être éliminées par nos intestins passent la barrière intestinale poreuse et se retrouvent dans tout notre corps alors qu’elles n’ont rien à y faire et provoquent tout un tas de dysfonctionnements. Vous avez bien fait de faire un test d’intolérance alimentaire, il est plus facile ensuite d’éliminer les aliments nocifs pour voir les réactions du corps. Sans les tests c’est plus compliqué cela prend du temps. Par contre je ne referais pas le test à votre place maintenant que vous devez savoir quoi manger pour aller mieux. Vous pouvez aussi recommencer à manger un peu des aliments que vous auriez totalement retirés de votre assiette mais un par un en attendant de voir s’il y a des réactions ou pas. Il est fort probable que vous ayez une meilleure tolérance qu’auparavant. Bonne santé

        Reply
        • Bonjour,

          Il est vrai que l’hyperperméabilité est prouvée au niveau scientifique (la cause ou plutôt les causes restent actuellement discutables et discutées et ne sont pas uniquement alimentaires).
          Concernant les intolérances alimentaires, le meilleur moyen est de faire vous même l’expérience en testant les aliments qui étaient ressortis dans vos précédents tests et d’observer ce qu’il se passe.

          Savoureusement digeste,

          JD

          Reply
      • Bonsoir, votre histoire de perméabilité chronique de l’intestin m’intéresse. Vous est-il possible de me dire comment ça a été diagnostiqué et par quel type de médecin et tests? Je pense que je vais me renseigner pour faire des tests pour les igG car j’ai pas mal de problèmes, on m’a déjà dit d’arrêter le gluten vu mes symptômes (je n’ai pas la maladie cœliaque d’après le test)

        Merci.

        Reply
    • Les gastro-entérologues, un certain ancien professeur d’oncologie spécialisé en nutrition les appelle des « tubologues » tant ils sont à l’ouest dès que le sujet concerne autre chose que le tube digestif (et surtout pas l’immunité).

      Bien évidemment, souffrant d’une maladie autoimmune et d’intolérances à effet retard, ce test m’a permis d’identifier 2 aliments qui me rendaient malade : le lait et le maïs.

      Reply
  8. Bonjour,
    je viens vers vous car cela fait plusieurs années que je suis malade. J’ai de nombreux symptômes gastriques (ballonnements, crampes, rôts, de l’acné, fatigue, poids non stable, etc). Je suis allée aux urgences il y a 5 ans car j’avais tellement mal au ventre que je ne pouvais plus me tenir debout. Ils n’ont rien trouvé. Je suis allée voir un gastro-intérologue qui m’a fait une coloscopie et … je ne m’en souviens plus (pour l’estomac) mais résultat : rien. Cela fait 5 ans et toujours malade. J’aimerai bien savoir vers qui me tourner et faire des tests mais lesquels ?
    Je suis végétarienne ; j’ai une alimentation variée et je mange beaucoup de légumes.

    Je vous remercie.
    Cordialement.

    Reply
    • Bonjour,

      Pour détecter une intolérance, il n’existe pas de test suffisamment fiable et précis. Le mieux est de faire des évictions puis des réintroductions d’aliments ou groupes d’aliments et de voir ce qu’il se passe. Soit les symptômes évoluent ce qui est révélateur d’une intolérance, soit il n’y a pas de changement ce qui signifie que l’aliment ou le groupe d’aliments est toléré. Pour des problèmes gastriques, plusieurs sources alimentaires peuvent être la cause. Etant donné que votre régime déjà restreint, il faudrait analyser ce que vous mangez sur 7 jours pour donner des indications plus précises. Moi ou un autre confrère/consoeur pourrait le faire lors d’une consultation personnalisée.

      Savoureusement digeste,

      Julie Delorme

      Reply
  9. Bonjour,
    J’ai fait différents tests ;ils m’ont bien aidé dans un premier temps et ma santé s’ est améliorée ( exzema , polyarthrite , problèmes respiratoires ) mais l’ amélioration a été de courte durée ; j’ ai éliminé d’autres aliments (comme le tapioca ) qui semblaient bénéfiques avec de très bons résultats …En résumé , les tests sont utiles mais pas suffisants .

    Reply
  10. Bonjour,
    Sur un autre site, en 2016, j’écrivais :
    « Alors, pour avoir bien avancé dans les soucis, et après plusieurs lectures (Livres), et rencontres : SEUL vous pouvez savoir ce qui passe bien ou pas !!
    Car, si vous écoutez et lisez tout, et le prenez pour argent comptant : il ne vous reste plus qu’à vous nourrir d’un litre d’eau par jour !
    Car, malheureusement, le « FODMAPs » n’est pas une science exacte, mais il est en plus trop généraliste, car les soucis ne sont, au fond, qu’individuel !
    La salade pas vraiment conseillée, mais ce n’est pas avec un repas que cela vous aggravera la digestion, si vous en prenez tous les jours ce sera autre chose.
    Bizarrement, presque tout le monde s’accorde sur les vertus d’1 verre de vin rouge, pas blanc 😉
    Par contre, après 18 mois de galères, je peux vous dire que la tête compte beaucoup, aussi !
    Et que ce n’est pas en vous faisant plaisir sur une journée que cela va tout remettre en cause 😉
    La pub « 5 fruits et légumes par jour » est d’une aberration totale ! En les écoutants vous avez l’impression de faire bien : FAUX !
    Et ne pas confondre cru et cuit !
    Car, pour certain, il faut recourir au tout cuit, ou au minimum, manger à température ambiante, et non froid !… »

    Après plusieurs mois de régime FODMAP, sans effets notoires, aucune amélioration, pas de disparition des douleurs, pour ma part, je l’ai classé dans la même catégorie que la mode « sans gluten » ! Tout aussi inepte, au même niveau que les « IgG » décriées ici, tant que l’on ne connait pas la CAUSE de tous vos soucis ! Car, chacun à son avis, aussi, sur le régime FODMAP, et y va de sa petite liste ! Pas de concertations !

    Avec encore d’autres spécialistes rencontrés depuis, d’autres tests, d’autres médicaments, parfois avec désastre au plan santé !!

    Rien ne change, donc aller faire un test, même cher, sera déjà, peut-être, soit un complément, soit un début de piste !

    Si vous ne faites rien, une certitude, vous ne saurez rien !

    Et les donneurs de leçons, ceux en bonne santé, par pitié, passez votre chemin, votre avis n’a aucune valeur, essayez donc la douleur quotidienne, et le stress, et la fatigue qui vont avec, pendant des mois et des mois, voire des années, et on en reparlera de votre avis « éclairé » !!

    La grande majorité de ces soi-disant « Connaisseurs », mais vrais « médecins », et, « spécialistes », diplômes reconnus par l’état, et qui réfutent, ces tests, alors qu’ils ne les connaissent ni d’Eve, ni d’Adam, pas plus, d’ailleurs, qu’ils n’ont testés les médicaments qu’ils vous prescrivent ! Et avec de gros soucis de santé, pas de chances, vous obligeant à stopper d’urgence leur « super » traitement ! Vous renvoient chez vous avec du « Doliprane », et un : « Bon courage », « c’est dans votre tête (C’est Mondialement reconnu, et à l’Unanimité, d’ailleurs, que la tête décide, toute seule, à un moment de « flinguer » le corps, en le faisant atrocement souffrir, qui l’abrite !) », « On se sait pas »… Merci bien !

    Après, ils vous restent aussi les Acupuncteurs, les Magnétiseurs… Parfois cela marche un petit temps (Effet placébo ?? C’est vrai qu’on manque de recul), c’est toujours quelques jours, 3 à 5, d’un petit mieux (Sensation de baisse des douleurs), parfois 😉

    Mais, cela ne règle pas les problèmes de fond, ni vous donne d’indications sur la nature de vos soucis, ni comment les régler !

    Et en cas de traitement plus lourd que du « Doliprane », posez-vous, prenez le temps de la réflexion, quelques minutes, heures, posez des questions à ce médecin, pesez les « Pour » et « Contre » du traitement annoncé, jamais anodin, même, et, surtout, lorsqu’on vous parle de plantes ! Et, peut-être, aller prendre un autre avis ou demander un complément d’analyses, c’est votre droit et devoir, envers votre corps !

    Ne prenez jamais pour argent comptant l’avis des médecins, ils savent si peu de choses, en définitive !!!

    Bref, n’écoutez que vous, et, votre corps aussi !

    Reply

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.